Autre

Comment faire cuire le topinambour



Les topinambours peuvent être cuits de la même manière que les pommes de terre ou les panais : les rôtir, les faire sauter ou les réduire en purée. Délicieux!

LIRE: Sur les topinambours

QUE SONT LES ARTICHAUTS DE JÉRUSALEM ?

Le topinambour (à ne pas confondre avec le topinambour) fait partie de la famille des tournesols. Ce sont les tubercules souterrains des plantes qui sont consommés – ils ressemblent souvent à du gingembre racine. Fait intéressant, malgré leur nom, ils n'ont rien à voir avec Jérusalem. Leur nom dérive du mot italien pour tournesol, girasole.

QUAND SONT LES ARTICHAUTS DE JERUSALEM EN SAISON ?

Le topinambour est de saison d'octobre à mars, mais il est à son apogée de novembre à février.

COMMENT CONSERVER LES ARTICHAUTS DE JÉRUSALEM

Conservez les topinambours au réfrigérateur, où ils doivent se conserver une semaine ou deux.


Quels sont les bienfaits pour la santé ?

80 g de topinambours comptent comme l'un de vos 5 par jour et sont également une excellente source de fibres et de potassium.


Qu'est-ce qu'un topinambour et comment le cuisiner

Malgré son nom, le topinambour n'est ni un artichaut, ni ne vient de Jérusalem. En fait, il s'agit d'une variété de tournesol à racine de tubercule comestible, également connue sous le nom de « sunchoke ». Les tubercules de topinambour ressemblent un peu à la racine de gingembre, avec une peau brune et une forme irrégulière et grumeleuse. Ils ont une saveur douce, de noisette et de terre et auraient le goût de châtaignes d'eau lorsqu'ils sont crus et d'un mélange de pomme de terre et de cœur d'artichaut lorsqu'ils sont cuits. La partie « Jérusalem » de leur nom vient probablement du mot italien « girasole », qui signifie « tournesol ».


Topinambours : comment les préparer et les cuire

C'est au cœur de l'hiver que nous, les cuisiniers à domicile, avons le plus besoin de nous éloigner de nos recettes quotidiennes et d'essayer de nouveaux ingrédients. Une fois que février frappe, nous sommes fatigués des pommes de terre, faites avec des têtes de chou-fleur et de la vieille marre de courge. Combien de gratins ou de soupes en purée pouvons-nous encore gérer ?

Eh bien, à deux mois de l'arrivée des fruits et légumes du printemps dans les rayons des produits, il est temps que nous prenions en main nos destinées gastronomiques.

Si vous vous arrêtiez une seconde à l'épicerie et jetiez un coup d'œil autour de vous, il est probable que vous trouviez plus d'une poignée d'ingrédients que vous n'utilisez jamais. Soit vous les avez essayés et avez trouvé le goût (ou le prix) peu agréable, soit vous n'avez tout simplement pas pris le temps d'explorer en dehors de votre zone de confort culinaire. C'est compréhensible. Certains des produits trouvés sur les étagères de nos jours sont, tout simplement, un peu intimidants. Mais, si ces articles sont disponibles à l'épicerie, cela doit signifier que quelqu'un les apprécie - et que quelqu'un pourrait être vous aussi.

Pendant l'hiver, les légumes-racines sont très approvisionnés et c'est donc certainement le bon moment pour explorer de nouvelles variétés. Les topinambours, également connus sous le nom de topinambours, sont une petite racine noueuse - d'apparence similaire au gingembre, mais avec une teinte légèrement rose. Ces petites pépites de racines sont un rayon de lumière dans le monde des tubercules. Ils sont noisette, croquants et ont un goût remarquablement similaire au délicieux artichaut qui montre sa tête au printemps, mais ils sont disponibles à un prix beaucoup moins cher.

Autre bonus : les topinambours sont faciles à préparer. Vous pouvez les cuire comme vous le feriez pour une pomme de terre : rôtir, bouillir, sauter, cuire au four ou à la vapeur. Vous pouvez laisser la peau ou la retirer, à vous de choisir. Ce qui surprend avec ces petites racines, c'est qu'on peut aussi les manger crues. Ils ajoutent une excellente texture aux salades et aux sautés.

Mais contrairement à la pomme de terre, elles contiennent peu d'amidon et contiennent une bonne dose d'inuline et de vitamine C. Alors ne passez pas à côté de ces petites racines escarpées la prochaine fois que vous irez au magasin. Faites-en le plein - votre palais hivernal qui s'ennuie vous en remerciera.

REGARDER : Comment faire cuire des topinambours


6 des meilleures recettes de topinambours

Les topinambours sont de saison d'octobre à mars – beaucoup de temps pour profiter au maximum de ce tubercule sous-estimé ! Poursuivez votre lecture pour découvrir une sélection de nos recettes de topinambours préférées.

Great British Chefs est une équipe d'amateurs passionnés qui se consacrent à vous apporter les dernières histoires, actualités et critiques culinaires.

Great British Chefs est une équipe d'amateurs passionnés qui se consacrent à vous apporter les dernières histoires, actualités et critiques culinaires.

Il est de notoriété publique de nos jours que les topinambours ne sont ni des artichauts ni rien à voir avec Jérusalem. Le nom provient probablement du mot italien pour le même légume, 'girasole', ce qui signifie tournesol (et c'est peut-être pourquoi ils sont connus sous le nom de sunchokes aux États-Unis). Les topinambours font en fait partie de la famille des tournesols - laissez-les assez longtemps et ils pousseront de longues tiges et des fleurs jaune vif au-dessus du sol, tandis que les tubercules sous le sol se déclinent dans une variété de couleurs allant du brun pâle au blanc, au rouge et au violet .

Côté saveurs, les topinambours sont incroyablement polyvalents. Ils ont une saveur et une texture qui ressemblent à la châtaigne d'eau lorsqu'ils sont consommés crus, mais lorsqu'ils sont cuits, les sucres contenus dans le tubercule caramélisent, lui donnant une saveur profonde, douce et de noisette. Il accompagne à merveille les viandes rouges et le gibier, mais se plaît aussi bien avec les poissons blancs, qu'en vedette d'un plat à part entière.

Les topinambours sont un véritable plat préféré des chefs pendant qu'ils sont en saison - voici six recettes des meilleurs chefs britanniques pour vous inspirer.


Faire des topinambours rôtis est super simple et vous n'avez besoin que de quelques ingrédients. Mélangez simplement les morceaux hachés dans l'huile d'olive, l'ail, le sel et le poivre et placez-les sur une grande plaque à pâtisserie. Ne surchargez pas la casserole. Vous voudrez vous assurer que les morceaux ne se touchent pas pour qu'ils deviennent bien croustillants.

Les topinambours ont absolument rien à voir avec Jérusalem ou les artichauts. D'après Wikipédia :

"L'origine de la partie "Jérusalem" du nom est incertaine. Les colons italiens aux États-Unis ont appelé la plante girasole, le mot italien pour tournesol, en raison de sa relation familiale avec le tournesol de jardin (les deux plantes sont membres du genre Helianthus). Au fil du temps, le nom girasole (prononcé plus près de [d͡ʒiraˈzu:l] dans les dialectes du sud de l'Italie) a peut-être été changé en Jérusalem."

Les topinambours sont aussi souvent appelés sunchokes et topinambour, mais qui veut essayer de prononcer cette??


Lutter contre l'effet fartichaut : des manières de préparer les artichauts en diminuant le vent

Q. J'ai lu que si vous faites tremper les topinambours, vous pouvez éliminer leurs tendances éoliens. Comment cela marche-t-il?

UNE. Les artichauts de Jérusalem (Helianthus tubéreuse) ont en effet une réputation gazeuse. La douceur provient de niveaux élevés d'inuline, une fibre soluble qui traverse intacte le système digestif jusqu'à ce qu'elle atteigne le côlon, où les bactéries intestinales la décomposent puis libèrent des gaz. Un remède - si vous préparez une soupe de topinambours, disons - consiste à ajouter des graines de carvi ou de fenouil. Une autre consiste à manger une tranche de pain grillé à grains entiers avec votre bol de soupe.

La torréfaction lente peut aider à décomposer l'inuline et ainsi la rendre plus digeste - alors ajoutez-en un peu à votre ragoût à la mijoteuse pendant l'hiver, ou faites rôtir pendant au moins une heure dans un four moyen.

Au Riverstone Kitchen à Oamaru, le chef Bevan Smith fait tremper des artichauts dans de l'eau salée avant de les faire mijoter doucement dans du lait. Une autre idée est de faire un cornichon fermenté pour apprivoiser ces tubercules " venteux ".

À ne pas confondre avec des artichauts non apparentés, les topinambours sont un type de tournesol vivace, pouvant atteindre 3 m avec des fleurs ressemblant à des marguerites dorées en été. Ils meurent en automne et les tubercules bruns au goût de noisette peuvent être récoltés en hiver. Contrairement aux pommes de terre, elles ne restent pas hors du sol, alors laissez-les dans le sol jusqu'à ce que vous soyez prêt à les utiliser.

Ils sont si faciles à cultiver qu'ils sont pratiquement une mauvaise herbe. Si vous avez une bonne parcelle de topinambours, vous ne vous en débarrasserez jamais, car les tubercules laissés dans le sol germent la saison suivante. Comme ils sont si grands, plantez-les en bordure du jardin où ils ne feront pas d'ombre aux autres plantes. Plantez les tubercules à la fin de l'hiver dans un monticule surélevé de sol bien fertilisé et légèrement friable. Ils commenceront à germer au début du printemps. Protéger des limaces et des escargots et ne pas trop arroser.


Comment nettoyer le topinambour

Le problème vient du fait que ces tubercules ont une forme très particulière et qu'il peut être difficile de les nettoyer comme c'est le cas pour les pommes de terre d'aspect et de consistance plus uniformes. Les topinambours se caractérisent en effet par leurs protubérances, parfois même très petites, dont l'épluchage est particulièrement difficile.

Au préalable, cependant, il est bon de les nettoyer en les rinçant sous l'eau à l'aide d'une brosse à légumes ou d'une éponge. Cette étape sert à bien éliminer la terre qui s'est déposée entre les plis de la peau.

Puis? Quel est le moyen le plus rapide et le plus rapide de nettoyer les topinambours ?

Il y a ceux qui utilisent l'éplucheur de pommes de terre mais cet outil, bien que confortable, n'est peut-être pas la meilleure méthode car il ne serait pas capable d'éplucher correctement les protubérances caractéristiques de ce tubercule. Vous pouvez ensuite utiliser un couteau bien aiguisé ou un couteau à éplucher, avec lequel gratter la peau des parties centrales, puis, en enlevant les parties noueuses, éplucher même celles-ci pour éviter de gaspiller les plus petites parties du topinambour.

Une fois nettoyés et rincés à l'eau courante, les topinambours, un peu comme les artichauts, ont tendance à noircir. Il est donc conseillé de les tremper dans un bol avec eau et citron avant de les utiliser dans la recette choisie. Vous pouvez également les faire tremper dans la solution avec le citron déjà coupé en rondelles ou sous d'autres formes selon la façon dont ils sont plus confortables pour vous.

Pour la même raison, avant de commencer à nettoyer les tubercules, il est bon d'étaler un peu de citron sur les mains ou de porter des gants.

UNE astuce pour faciliter le pelage consiste à rincer et brosser les tubercules puis à les faire bouillir dans de l'eau. Une fois un peu refroidie, la partie extérieure se décolle plus facilement à l'aide d'un petit couteau. Cependant, ce système ne peut pas toujours être utilisé car certaines recettes utilisent du topinambour cru ou cuit de différentes manières que l'ébullition.


Rincez-les et nettoyez-les sous l'eau froide. Si vous les épluchez, plongez-les dans de l'eau acidulée (eau froide avec un filet de jus de citron ou un trait de vinaigre de vin blanc) jusqu'à ce que vous soyez prêt à les utiliser car la chair se décolore rapidement si elle est exposée à l'air. En raison de leur forme, il est plus facile d'éplucher les artichauts lorsqu'ils sont cuits.

"Les artichauts de Jérusalem peuvent être cuits autant que vous le feriez avec des pommes de terre ou des panais, et sont excellents rôtis, sautés, frits ou réduits en purée dans une délicieuse soupe!" - Camille

Étaler les topinambours sur une plaque allant au four et arroser d'huile d'olive. Assaisonner avec du sel et du poivre et rôtir à 180°C pendant 30 minutes, ou jusqu'à ce qu'ils soient dorés et tendres. Pendant ce temps, faites revenir à la poêle l'oignon haché, l'ail et le thym (ou n'importe quelle herbe de votre choix comme le romarin et la sauge). Cuire 10 minutes, jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Couper le topinambour en deux dans le sens de la longueur et retirer la chair à la cuillère. Versez les artichauts cuits dans la poêle avec les oignons. Remuez bien le tout, ajoutez le bouillon et laissez mijoter 10 minutes. Ajouter un peu de crème ou de lait et porter à ébullition. Mélanger jusqu'à consistance lisse et servir avec des noisettes grillées et un filet d'huile de truffe.

Épluchez les topinambours et coupez-les en fines tranches - utilisez une mandoline ou un couteau bien aiguisé. Faites de même avec les pommes de terre et faites revenir l'oignon et l'ail hachés dans l'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils soient tendres. En utilisant la moitié, placez des rangées alternées d'artichauts tranchés et de pommes de terre dans un plat allant au four. Assaisonner et verser sur la moitié du mélange d'oignons. Répétez maintenant pour former une autre couche, en terminant par l'oignon. Ajouter suffisamment de bouillon pour monter à mi-hauteur du plat et saupoudrer de fromage râpé sur tout le dessus. Couvrir de papier d'aluminium et rôtir à 180°C, pendant 1 heure. Retirer le papier d'aluminium et rôtir pendant 20 minutes, ou jusqu'à ce qu'il soit doré et tendre.

Eplucher et couper les topinambours en morceaux. Placez-les dans une poêle huilée et faites-les frire à feu moyen jusqu'à ce qu'ils soient dorés des deux côtés, puis ajoutez quelques feuilles de laurier, des gousses d'ail, un trait de vinaigre de vin blanc, du sel et du poivre, et placez un couvercle sur le dessus. Cuire 20 minutes, jusqu'à ce qu'ils ramollissent. Retirez le couvercle et les feuilles de laurier et poursuivez la cuisson quelques minutes pour faire croustiller les tranches d'artichaut une dernière fois.

Frotter les artichauts (pas besoin de les éplucher), râper la moitié et trancher l'autre moitié. Rôtir les tranches de topinambour jusqu'à ce qu'elles soient croustillantes et tendres. Faites chauffer un peu d'huile d'olive dans une casserole et ajoutez l'oignon émincé. Cuire doucement jusqu'à tendreté. Ajouter le riz à risotto et remuer jusqu'à ce qu'il soit complètement enrobé. Ajouter le vin blanc et laisser mijoter jusqu'à ce que le vin soit absorbé, puis ajouter le bouillon par louches en laissant chacun absorber avant d'ajouter le suivant. Continuez à ajouter du bouillon jusqu'à ce que le riz soit cuit à mi-cuisson, puis ajoutez le topinambour râpé. Cuire jusqu'à ce que l'artichaut et le riz soient tendres. Bien assaisonner et incorporer les tranches de topinambour rôties, le zeste de citron et le parmesan.

Frotter les topinambours sous l'eau froide. Faites-les rôtir entières comme des mini pommes de terre en veste à 180°C, pendant 30 minutes, ou jusqu'à ce qu'elles soient tendres. Ouvrez-les et arrosez-les d'huile de piment ou de votre trempette préférée au yaourt et au citron.

Placez les topinambours dans une casserole et ajoutez suffisamment d'eau pour couvrir. Mettre à feu moyen et porter à ébullition. Ajouter une pincée de sel et laisser cuire lentement pendant environ 1 heure, ou jusqu'à ce que les artichauts soient tendres. Bien égoutter, puis remettre dans la casserole avec la crème épaisse. Porter à ébullition et réduire légèrement. Assaisonner au goût et mélanger jusqu'à consistance lisse.


111 réflexions sur &ldquo Supprimer le vent des topinambours&rdquo

ah, oui, les pétards ! Je les cultive — bien que nous n'en mangions qu'une certaine quantité – quelques rôtis et dans des soupes… Mais ils sont assez jolis, et mon poulet cochin les aime assez pour aider à la récolte. Aucun effet secondaire constaté sur eux. J'utilise les tiges sèches pour allumer – elles fonctionnent à merveille. Je fais aussi un cornichon similaire à ceux ci-dessus (je comprends que ce soit un cornichon traditionnel du Sud), sauf que je tranche les tubercules comme des pièces de monnaie, ajoute quelques onuons et un piment sec ou 2. Ils sont les bienvenus avec une assiette de saucisson. Et c'est toujours amusant de laisser les gens deviner ce qu'ils ne sont pas, mais sont généralement intrigués par le goût de l'artichaut. Aucun effet secondaire noté non plus lorsqu'ils sont marinés au vinaigre. Rendre compte des lacto-fermentés ?

Sylvie, merci d'avoir partagé ton expérience. En fait, je ne me souviens pas que quelqu'un se soit plaint des séquelles de la consommation de topinambours marinés au vinaigre, mais je ne me souviens pas que quelqu'un en ait mangé en quantité. Le cornichon fermenté ici a une saveur suffisamment douce pour que les gens ont tendance à en manger plus à la fois. Jusqu'à présent, aucun effet indésirable n'a été signalé.

Quelle idée géniale pour apprivoiser les topinambours ! J'ai lu une fois qu'ils ne sont destinés à être consommés qu'après avoir été stockés ou hivernés dans le sol, ce qui encourage les amidons non digestibles (inuline) à se convertir en sucre - un peu de connaissances perdues. Pour accomplir la même chose, Harold McGee recommande de cuire pendant 12 à 24 heures à basse température autour de 200 ° F.

J'ai aussi essayé de cuire des topinambours très lentement, dans une mijoteuse, mais cette méthode m'a semblé inefficace. Peut-être que je n'aurais pas dû inclure l'oignon, un autre légume grondant.

Merci Linda, pour cet article à venir et amusant. Après l'expérience avec Yotam Ottolenghi’s de son livre de cuisine de Jérusalem, Poulet rôti avec une livre complète de topinambours, qui était délicieux mais évidemment trop bon, j'ai pensé que je ne ferais plus jamais rien avec des topinambours. Mais avec votre recette à portée de main, je reconsidére définitivement.

Très utile. Nous cuisinons avec une herbe appelée sarriette d'été en anglais ou plus convenablement bean herb en néerlandais. (bonenkruid) ce qui aide quelque peu.

Intéressant! Je ne savais pas que la sarriette d'été était censée aider à soulager les gaz.

Nous les avons également cuits sous pression pour commencer, puis nous les avons cuits dans un soufflé quelques jours plus tard, ce qui a peut-être aidé.

J'ai commencé il y a environ une semaine et il y avait d'abord de la mousse, je suppose de la fermentation. Je les ai ensuite mis au réfrigérateur et quand j'ai vérifié aujourd'hui, le liquide était devenu gluant, presque visqueux, mais la couleur et l'odeur sont toujours les mêmes, juste très aillées. Cette consistance est-elle normale et sont-ils sans danger pour la consommation ? J'ai peu d'expérience avec la fermentation donc je veux m'assurer que tout va bien. Merci.

Nadia, gluant et gluant sont de mauvais signes. Je ne sais pas pourquoi la fermentation a mal tourné pour vous, mais manger des topinambours gluants pourrait causer plus de troubles digestifs que de manger des crudités. Désolé pour ça.

Très bien, je les ai jetés. Merci Linda.

quelqu'un a-t-il déjà fait des cornichons aux artichauts “Dill ” ?

Linda, tu veux dire des topinambours marinés à l'aneth ? Ou des cœurs d'artichauts marinés à l'aneth ?

Je les ai marinés avec succès et il n'y a eu aucun effet néfaste sur mes invités, même en en mangeant une grande quantité. Ils sont merveilleux tranchés et marinés avec des graines de curcuma et de moutarde. Je les ai servis avec un plateau de fromages et de charcuterie.

Je les aime aussi cuits dans une soupe bien qu'ils favorisent toujours une certaine quantité de gaz de cette façon.

Merci pour la recette, je vais essayer votre méthode de fermentation.

quelqu'un a essayé un peu de bicarbonate de soude ?

Nancy, bien que le bicarbonate de soude puisse certainement soulager les gaz gastriques, je n'ai jamais entendu dire qu'il aidait avec les gaz produits par les bactéries dans les intestins.

Idée intéressante, Nancy. Le bicarbonate de soude s'avère utile dans tant de situations que l'écrivain Bill Bryson a suggéré que si quelqu'un trouve une solution aux déchets nucléaires, cela impliquera probablement du bicarbonate de soude !

Avec un réfrigérateur plein de légumes fermentés, je continue à vouloir faire fermenter des topinambours. J'ai entendu dire qu'ils sont particulièrement riches en prébiotiques que les PRObiotiques adorent manger (je ne sais pas si c'était de l'inuline ou autre chose). J'en creuserai quand le sol dégèlera. Merci pour l'inspiration !

Pas de vent et nous en sommes à notre dernier pot car nous avons préparé 6 pots de 750 ml en utilisant votre recette avec des modifications mineures pour utiliser des graines de carvi et du raifort. Je mange 3 de ces délicieux cornichons par jour avec des résultats intestinaux agréables. Merci

J'en ai pas mal qui poussent, wow, ce sont de bons cultivateurs !
Notre sol est meuble et j'essaierai cela dès qu'il sera suffisamment sec à l'extérieur pour permettre de creuser.

Pour répondre à la question sur la fermentation gluante et visqueuse publiée ci-dessus :
Je suis un fermenteur enthousiaste de légumes et j'ai constaté qu'il y a souvent une étape d'environ 7 à 10 jours dans la fermentation, en fonction de la température à laquelle on peut trouver une consistance gluante à la saumure. J'ai paniqué la première fois que j'ai rencontré cela, et j'ai donc fait une petite recherche. Le gourou de la fermentation, Jonathan Katz, a écrit à ce sujet et recommande d'essayer de laisser la fermentation une ou deux semaines de plus. J'ai essayé cela et j'ai trouvé que c'était vrai & #8211 si je laissais ces ferments aller encore deux semaines, en veillant à les garder emballés, à garder la surface propre des spores visibles et à garder tous les légumes bien sous la saumure & #8211le stade gluant passerait et le ferment redeviendrait aqueux. et ce serait délicieux !
Maintenant, le slime, en particulier le slime rose ou le slime moisi, est une autre histoire. Si vous voyez cela, il est préférable de jeter votre lot. Mais s'il n'y a pas de couleur à votre goo et qu'il est à mi-chemin d'une bonne fermentation, essayez de laisser le lot continuer pour voir s'il se dissipe. Si c'est le cas, qu'il a bon goût et qu'il sent bon (“mûr” est ok) et qu'il n'y a aucun signe visible de détérioration ou de moisissure, il peut être consommé en toute sécurité.
De plus, si de la boue ou de la boue apparaît après un mois ou plus, il s'agit probablement de moisissure, qui ne fait pas partie de la fermentation naturelle.
Cette règle s'appliquerait à la fermentation des topinambours tout comme le chou, les carottes, les betteraves ou les radis.

Quelqu'un a-t-il essayé la poudre d'Asafoetida ? Aussi connu sous le nom de hing. Il est utilisé dans les plats orientaux et on dit qu'il supprime les effets venteux de la nourriture. J'en utilise un peu dans des choses comme mon chili aux haricots noirs. Avec trois garçons dans la maison, c'était une bénédiction.

Merci le conseil. Je vais voir si je le trouve chez Wholefoods cette semaine.

Dois-je faire bouillir les bocaux pour préparer ce type de cornichon ?

Judith, faire bouillir le pot n'est pas nécessaire, mais assurez-vous qu'il est bien lavé.

On dit que la feuille de laurier rend les haricots plus digestes. Je me demande si cela aiderait avec les sunchokes?

Je viens de récolter tout un tas de grosses racines, mais elles ont une odeur nauséabonde et sont entourées d'une couche noire qui peut être une moisissure. Bien qu'il n'ait pas fait très froid ici à Londres, les plates-bandes sont trempées, cela les a peut-être conduits à pourrir ? Le fait est qu'ils sont encore croustillants. Je déteste les mettre à la poubelle, mais après avoir frotté, tout ne s'est pas détaché. Cela semble dommage de les gaspiller. L'un d'entre vous a-t-il déjà rencontré ce problème ?

À la ferme, nous avions une nappe phréatique très élevée, alors parfois je déterreais des topinambours pourris. Je suis surpris que les vôtres soient toujours croustillants, bien que noirs et malodorants. Pourtant, il semble que la pourriture s'est installée. Vous n'avez probablement pas besoin de jeter toutes les racines, mais je couperais toutes les parties décolorées ou puantes.

Il y a des années, lorsque j'ai découvert les sun-chokes ET la fermentation, j'ai fait un gros lot de sun-choke kim-chi. C'est à ce moment-là que j'ai découvert le problème des gaz. La lecture de l'article et des commentaires ci-dessus me donne envie de réessayer. Cette fois, j'attendrai plus tard dans l'hiver pour récolter, et j'essayerai votre recette. Doigts croisés!

Faites-nous savoir si vous obtenez de meilleurs résultats à la fin de l'hiver, d'accord ?

La tradition en Europe continentale est de faire bouillir une pomme de terre avec eux et cela devrait éliminer le gaz qu'un ami ne jure que par cela, même si je ne l'ai pas encore essayé.

Je ne peux pas deviner comment la pomme de terre pourrait aider, Cassandra, sauf en équilibrant les topinambours avec une nourriture plus digeste. Mais si vous essayez ceci et que cela fonctionne comme par magie, faites-le nous savoir, d'accord ?

Un cornichon d'artichaut du sud traditionnel! L'un des avantages d'un cornichon épicé et vinaigré comme celui-ci est que la plupart des gens ne mangeront pas beaucoup à la fois. La meilleure façon de faire face à n'importe quel légume gazeux, je suppose, peut être simplement d'éviter de trop manger à la fois.

Ma grand-mère hollandaise de Pennsylvanie préparait des artichauts marinés très croquants avec du vinaigre ordinaire, du sel et de la saumure qui était traité dans un bain d'eau chaude. Elle a toujours gardé quelques plantes dans son jardin. Il n'y a jamais eu aucune mention de personnes souffrant de flatulences ou de maux de ventre à cause d'eux et comme ils étaient mes préférés, j'en ai mangé autant qu'elle me le permettait. Je les ai fabriqués moi-même récemment à partir de sunchokes d'épicerie et aucun problème ici en tant qu'adulte non plus.

Merci d'avoir visité mon blog The World’s Fare, Linda. J'ai certainement aimé explorer le vôtre. En ce qui concerne les sunchokes, je ne savais même pas qu'il y avait un problème. Ça doit être une de ces choses qui n'affectent pas tout le monde. Je les adore sautés, mais je serais intéressé à essayer la version marinée que vous nous avez proposée.

Salut Cynthia ! Je pense que différentes personnes réagissent différemment aux aliments gazeux, et que les individus réagissent différemment à différents moments de leur vie et même à différents jours.
J'ai consulté votre blog après avoir écouté votre conférence "How Corn Changed Itself and Then Changed Everything Else" au groupe Greater Midwest Foodways (http://greatermidwestfoodways.com/index.php/page/MidwestMaize2015). Je ne pouvais pas comprendre tout le podcast, car la qualité du son était médiocre, mais j'étais tout de même fasciné. je vais devoir lire Maïs du Midwest!

merci pour cette linda, vous venez de résoudre mon problème de topinambour d'un seul coup! je les cultive depuis des années sous un prétexte ou un autre (cette année c'était comme brise-vent pour les asperges), je ne peux jamais résister à la taille, la vigueur, l'air de salubrité & puis je me retrouve toujours avec des tas de putain les choses qui traînent dans la cuisine se dessèchent pendant que j'essaie d'augmenter lentement la dose de l'homéopathie à la minute. Jusqu'à présent, seules les implications digestives ont été lorsque j'ai essayé une charge au début du processus pour voir ce qui se passait, ce qui, à mon avis, ne compte pas vraiment. aussi, mon partenaire, qui s'est longtemps opposé au goût distinctif, même lorsque je hache très finement une petite quantité et que je les cache dans un ragoût, les croque joyeusement à un rythme similaire à moi. Je soupçonne que l'objection à ce goût est une réaction apprise des expériences passées, je ne sais pas pourquoi le processus de décapage le dissipe autant? J'ai toujours supposé que c'était le goût de l'inuline, puisque vous obtenez le même genre de chose à partir de scorsonère et d'autres composites, et il doit sûrement en rester beaucoup après la fermentation. en tout cas, merci pour la recette & amp aussi la méthode générale. Je commence maintenant à me demander pourquoi j'achète du vinaigre toutes ces années.
à propos, irit, je suis aussi au Royaume-Uni, mais sur un sol très sablonneux, et cette année, j'ai eu une parcelle de tubercules en partie noircis mais toujours fermes. J'ai supposé que c'était une infection bactérienne, j'ai coupé les morceaux noirs et le reste allait bien. bien que j'aie remarqué que les extrémités proches de la noirceur avaient cette sorte de teinte rouge qu'elles obtiennent également lorsque des rats les ont attaquées, ce qui, je pense, est une sorte d'autodéfense. de toute façon, ils semblent vraiment aimer le sable, obtenant deux fois la taille qu'ils étaient sur mon précédent lotissement d'argile. peut-être qu'ils n'aiment pas l'humidité et l'amp qui les rendent plus susceptibles de tomber malades ? Je ne suis pas sûr que ces hivers doux soient nos amis non plus, il semble que beaucoup de parasites et de maladies qui sont généralement dormants ou morts pourraient être présents et environ. peut-être que la pourriture noire en est une ? Je ne l'avais jamais remarqué avant cette année.

J'ai vu la pourriture noire, Rich, après que les racines aient été sous la nappe phréatique pendant une période prolongée. J'imagine que le gel ferait aussi noircir et pourrir les racines. J'ai vu la teinte rouge aussi, mais cela ne m'a jamais semblé problématique.
Je suis content que vous aimiez les cornichons, et merci d'avoir mentionné la scorsonère, qui est nouvelle pour moi. Je vais devoir essayer de le planter!

Merci pour vos détails Rich, je suis en Colombie-Britannique et un climat doux et humide avec un été assez chaud, mais j'ai eu peu de chance sur le sable mais j'ai bien réussi dans le loam argileux. paille de jardin. J'ai fait la même chose ici mais sur du sable. alors peut-être que l'année 3 sera meilleure. J'ai peut-être une population de rats plus élevée ici et cela peut affecter le succès.

Je me suis lancé directement dans la scorsonère ces dernières années. ne devient normalement pas très gros pour moi en une saison, mais ce qui est bien, c'est que, bien qu'elle soit généralement décrite comme une culture annuelle, elle est vivace et les racines ne deviennent pas fibreuses ou ligneuses ou quoi que ce soit, vous pouvez donc simplement les laisser pour grossir jusqu'à ce que vous soyez prêt pour cela. pendant ce temps, les feuilles font une assez bonne base de salade, assez fade et un peu plus moelleuses que la laitue, et elles sont là pendant une bonne partie de l'année. c'est mon utilisation principale en fait. vous pouvez manger les bourgeons de la même manière, bien que je le laisse normalement fleurir - plutôt joli, comme un grand pissenlit.

Excellent à savoir. J'ai commencé un peu de scorzinara à partir de vu et ce sera la deuxième année pour les racines, donc je vais s'éclaircir au printemps pour voir où je suis.

Riche, il est bon de savoir que la scorsonère a plusieurs bonnes utilisations. Merci!

A reblogué ceci sur Juste un autre jour à la ferme et a commenté :
Je vais essayer cela moi-même et faire un retour, mais quel excellent article!

J'essaie de lancer une parcelle de ces gars-là, mais vivre sur du sable ordinaire semble être difficile pour la plupart de mes essais de légumes, deux ans depuis que j'ai déménagé ici - je dois construire la vie du sol. Quoi qu'il en soit, ils ont plutôt bien poussé pour nous dans le sol argileux plus lourd que nous avions auparavant. Les canards les adorent et les lapins ont les tiges avec modération. J'ai eu les racines crues, bouillies, cuites au four et en soupe, mais nous avons trouvé que leur fermentation était la meilleure pour réduire les gaz et faciliter la digestion. C'est la seule façon pour moi de les manger personnellement. Dans un ferment de légumes mélangés à l'italienne avec des piments forts, ils sont sortis fabuleux et j'en ai l'eau à la bouche en attendant d'en préparer l'année à venir. Ils sont agréables en ce sens qu'ils semblent garder leur croquant là où les autres légumes se ramollissent.

Merci d'avoir partagé votre expérience, Marney. Je suis heureux de savoir que la fermentation des topinambours a fonctionné pour vous.

Je crois comprendre que l'inuline (un probiotique) dans les topinambours est l'élément indigeste. Si vous étuvez la racine pendant une minute avant de la faire sauter ou de la mariner, vous éliminerez les gaz et les ballonnements qui se produisent lorsque la racine est mangée crue.

Mary, les topinambours ne deviennent probiotiques qu'après avoir été fermentés. Lorsqu'elles sont fraîches, leur inuline est prébiotique, c'est-à-dire que vos microbes intestinaux peuvent le digérer, mais vous ne le pouvez pas. C'est pourquoi de nombreuses personnes souffrent de gaz et de ballonnements après avoir mangé des topinambours. Une cuisson très longue et lente, utilisée par les Amérindiens pour les racines de camas riches en inuline, convertira une grande partie de l'inuline en fructose. Une minute d'ébullition, cependant, aidera très peu.

Très bon à savoir, merci. Bien que ce soit début novembre ici à Vancouver en Colombie-Britannique, nous avons déterré une plante de topinambour cultivée en conteneur, j'espère que ce n'est pas trop tôt. Nous avons acheté le pickler parfait et voulons les faire fermenter sur le comptoir pendant 4 jours. Avez-vous entendu parler du pickler parfait? Ils utilisent un sas sur un pot Mason à large ouverture et bien sûr de la saumure d'eau salée. Des idées à ce sujet ?

Kelly, le Perfect Pickler devrait très bien fonctionner. C'est l'un des nombreux dispositifs de sas que je décris dans The Joy of Pickling.

Je recommande de laisser de côté l'ail de cette recette — il devient BEAUCOUP trop intense lors de la lacto-fermentation

Je viens de creuser un gros lit d'étouffements. J'adore la saveur, mais je ferais mieux d'être attaché quelque part très bientôt ou je flotterai. Mon partenaire pareil. Je vais essayer à la fois le cornichon et le rôti lent, et voir si je peux faire un meilleur usage de l'abondance (et décider de replanter. Ils passent très bien ici l'hiver dans le sol. Tout aliment qui n'a besoin de presque aucune attention pour pousser et stocker a mon vote. J'ai juste besoin de le manger d'une manière ou d'une autre !).
Une question : pourquoi ajouter du sucre dans la recette des cornichons ? Est-ce indispensable, un speeder-upper de fermentation pour un légume dont les sucres ne sont pas trop disponibles ? Je ne suis pas opposé à l'utilisation de sucre, juste curieux.

Bonne question! Je soupçonne que j'ai 2 cuillères à café de sucre dans cette recette parce que j'ai commencé avec ma recette de kakdooki (daikon fermenté), qui demande juste autant de sucre pour le même poids de racines. La plupart des recettes de kimchi contiennent un peu de sucre, pour s'assurer que la fermentation démarre bien. Si vous essayez la recette sans sucre ajouté, faites-moi savoir ce que cela donne.

On dit que la double cuisson élimine le gaz avec les topinambours. Cuit au four puis réduit en purée en soupe, ou bouilli puis tranché et cuit dans un gratin avec d'autres légumes, par bouilli et frit peut-être aussi? Merci pour la recette de cornichon, je viens de récolter un seau plein ici en Australie.

Merci pour le conseil! La double cuisson vaut la peine d'être essayée. Je soupçonne que cela pourrait fonctionner en allongeant le temps de cuisson global.

J'ai fait un lactoferment quand je les cultivais et je ne semblais pas avoir de problèmes. Another thought is, I have a feeling between dormant phase and active growth that inulin levels may differ. When harvesting after being in the ground all winter they seemed much better than fresh fall harvests.

I was given several pounds of the nubby things last week. I roasting several in my oven and also made some chips with thin slices of them…man were they tasty! Knowing full well the repercussions many had had I still could not resist and ate entirely more than any human should of any one thing at any one time. And I paid the equal price! All. Night. Long. I read this article before any of that, and have decided I would pickle the rest of them once I had finished my roasting vs. Frying experiment. I have given myself a couple days of recooperaton and I’m ready to try the pickle method. I shall return to tell you my results!

This is interesting, Juliet, because if you are in the Northern Hemisphere those nubby things must have sat in the ground all winter and well into spring, slowly converting their inulin to fructose (of course, large amounts of fructose can also cause digestive distress). I hope the pickling works for you.

Well, thank you everyone. What an amazing thread started in 2014 and still going strong around the world! Even though I knew of the repercussions I would suffer I still had to cook up a batch of my first harvest for the year – they have their own patch so they don’t spread too far. Suffered all night. Last year I read somewhere that genetics will play a role in the actual “degree” of suffering, some hardly noticing the gas effect at all. I’ll try feeding some to the hens and will try double cooking at the end of winter. I do think Jerusalem artichoke and cream soup is sublime.

Thank you for this informative article. Useful, interesting, humorous and well-written. Thanks too for all the comments. I just planted some Jerusalem artichokes and some yacon rhizomes today. We had sunchokes growing years ago at another property. They are one of the most reliable crops I’ve ever encountered. I look forward to experimenting with pickling them next year. Best wishes from New Zealand… Stephen Coote.

Thanks, Stephen! For the first time this year I’m also growing yacon–another interesting vegetable that we might chat about in the future.

I did a little research piece on these bad-boys, and I’m planning on doing a follow up. I’m going to use your recipe (because it sounds delicious) to ferment these for a microbiology final. After that, I’m going to prepare Jerusalem artichokes in different ways and make graphs (farts per unit of time). I’ll do a graph for your pickles. Time will tell. Thanks for this interesting article!

P.S. Your tid-bit on Tobias Venner is awesome. I’m going to have to visit that source and retool my article because of that. Merci!

Great, Kevin! Will you be the only human subject? You won’t eat anything during the experiment except Jerusalem artichokes, right? What fun! I’d love to see your report.

P.S. It will only be me. This “study” isn’t really apart of the project. I’m just going to throw it in there for fun.

I have been thinking about trying Jerusalem artichokes with similar method and ingredients to gakdukki (sp?). I was surprised to see that you tried it. Thanks for the inspiration and excitement offered through your bubbly events. I was able to replant about 100 pounds this year and am planning on using them at my family restaurant. Very excited to be able to offer some staple and organic produce in a tasty form.

To all the lovely jars that spill with blisses,
Stéphane

Steven, you really planted 100 pounds of Jerusalem artichokes? I guess you’ll be serving them all year around!

i’ve been eating them for a few years with no problems until i had them at a restaurant for the first time the other night: at the restaurant they were cooked. i never cook them myself. so, maybe jerusalem artichokes are only a gassy problem when they are cooked and not a problem at all when they are raw.

Or maybe, because they were cooked and soft, you ate more of them than you usually eat raw?

Reblogged this on Site Title and commented:
Finally I‘ll be able to safely eat Jerusalem Artichoke!

We grow jerusalem artichokes and however we cook them, soup, roasted (when we certainly do eat too many as this is delicious) or even raw we have suffered with wind to quite an extent. Having read the recipe for the pickle (yet to try) I decided to add grated ginger, turmeric and cumin seed to the two person portion of soup I had in the freezer to see if there was any effect. The soup was delicious – tasting mildly curried – and there was a a great improvement on the flatulence – in fact hardly any at all – so will now try it again to make sure that it wasn’t just a fluke and if so will in future add all three spices to any future soups.

Notes on ginger, turmeric and cumin all mention that they are carminatives which help reduce flatulence but so far I have never seen a spiced recipe for jerusalem artichoke soup.

Diana, what a good idea to add carminatives to the soup, especially when they are such flavorful spices. You might try fennel as well.

I made the soup with the same proportions of everything in the pickle and we had no ill effects from the very tasty spicy soup so the first wind free trial was not a fluke. The only problem is that there was not much of the nice artichoke flavour. The pickle is fine as well.

Would add that the artichokes were particularly windy this year for some reason so it was a good result.

Thanks for the report, Diana. I’ll write about my own experiments with Jerusualem artichokes this past winter as soon as I find my notes.

Hi Linda,
Thanks so much for the pickling recipe. I grow this beautiful plant and look forward to delicious soup every year. I also love them roasted.
I have always found that the key to avoiding wind is to introduce back into the diet slowly. Inulin is a probiotic and the healthy bacteria (particularly bifidobacteria) in your gut will thank you for eating it, but too much at once causes a population explosion which results in cramping and gas. Start with just a few slices in a stir fry or soaked in acidulated water and added to salads.
Other people have commented that cold will break down inulin and this is true, so storing them in the refrigerator will lessen the farts, but now you have also lost the benefits of inulin.
I make a big batch of soup at the start of the season and freeze it. I suspect this also helps to counteract their propensity to cause gas.
Starting slow and working up to a big serve of them sees the whole family enjoying them every year with no problems, and out guts are healthier as a consequence.

Thank you, Meg! I’ve rarely seen Jerusalem artichokes sold in stores, but when I have they have been in a refrigerator case rather than in room-temperature bins with the potatoes and other roots. I wonder if refrigeration makes store-bought Jerusalem artichokes less gassy than those fresh out of the ground or stored in a cellar.

How come no one has asked if these are supposed to be covered or not while fermenting?

Lorene, fermenting vegetables are normally covered, to keep out insects, dust, and mold spores. How you cover the vegetables depends on your equipment. If you use a quart or two-quart jar and weight the vegetables with a water-filled plastic bag, no other covering is necessary. A crock may come with a lid, or you might cover the crock with a towel or pillowcase.

Thankyou for all of this information, well written and described by everyone . . I’m looking forward to our first harvest come fall. I like the information regarding winter harvesting though..Guess we’ll do both including some pickling.

I’m just starting to get into lacto-fermentation and I’ll have to try this recipe next time I’m swamped by Jerusalem artichokes! The last time it happened (thanks to the CSA I’d joined) I tried roasting them. They turned into marvellous little caramelized nuggets of deliciousness and I ate far more than I intended to….and I swear, a few hours later the results presented themselves and I had to cancel my plans for the weekend. The worst gas ever! And I grew up eating vinegar-pickled Jerusalem artichokes all the time with no ill effects.

What a sad story, Anna! Do you think you ate more roasted Jerusalem artichokes at a time than you ever did vinegar-pickled ones? The vinegar slows down your eating, right?

Did you try cooking in lemon juice?

Sorry for the late reply, Candice. No, I haven’t tried cooking Jerusalem artichokes in lemon juice. Does that work for you? Don’t they turn out pretty sour?

Hi All.
Silly question. I’ve never pickled anything before but I have large batch of sunchokes and I’d like to try this recipe. Do I need a special device to seal the jar or can I just use a regular lid?
Merci!

Stephanie, if you use a freezer bag (such as Ziploc) you won’t need a lid usually the bag stick ups out of the jar. If it doesn’t, you can add a lid, but put it on a little loosely. The bag is a cheap and effective substitute for one of those special devices you’ve heard about.

My instructions (as I don’t have stones or anything) are to put salty water into the bag which weights it down and place it in the top of the jar – you might have to lift it slightly to let the bubbles out – I make my pickle in a clip down jar but don’t clamp it down – just catch it down whilst fermenting. I then put the pickle into screw top jars in the fridge but release them every so often as they continue fermenting slightly. They do keep longer than indicated in the recipe.

I know that a lot of people have gas problems after eating Jerusalem artichokes as did my wife, who tried several times and ways without success. However, she finally came upon a way through trial and error, which has completely eliminated the gas problem for her, no matter how much she eats. What she does is first slice the artichokes and then cover them with water with salt added. (About 2 quarts of water would get one teaspoon of salt.) She then lets them sit overnight (or the equivalent) and then rinses them. Then she puts them in a pot, covers them with water and just brings them to a boil. Finally she pours off the water and stir fries the artichokes. They are still quite crispy with good flavor, but without being gassy. Now she loves them and wants me to plant even more!

This is really interesting, John. I’ll have to try it. Merci!

Hi John. I like this idea! Does she leave them in the salt bath overnight at room temperature? Or in the fridge?

We just harvested over 15 lbs of sunchokes and made two large batches of our favorite sunchoke relish. As much as we love the flavor of the roasted ones, the wind effect has put us off that. No one ever complains about that effect with this relish, however. This confirms what everyone is saying about brine and vinegar. Hautement recommandé!

Jerusalem Artichoke Relish

Source: http://macandcheesereview.blogspot.com/2011/12/artichoke-relish.html
Adapted from A Gracious Plenty: Recipes and Recollections from the American South

Makes 17 or 18 pints (recipe can be halved or quartered). Great with brats!

5 quarts Jerusalem artichokes, chopped
2 gallons water
2 cups non-iodized salt
3 pounds green cabbage, chopped
1 1/2 pounds onions, chopped
6 large green and red bell peppers, chopped
3/4 cup flour
1 (24-ounce) jar prepared mustard
2 quarts apple cider vinegar
3 pounds sugar
3 tablespoons mustard seed
2 tablespoons turmeric
2 tablespoons celery seed
1 cuillère à soupe de poivre noir
1 tablespoon hot sauce

• Soak artichokes overnight in 1 gallon of water and 1 cup of salt. In another container, soak the cabbage, onion, and bell peppers in the remaining 1 gallon of water and 1 cup of salt.
• The next day, drain the artichokes and vegetables. Spread the artichokes on one towel, and the vegetables on a separate towel.
• Combine the flour and prepared mustard in a bowl, avoiding lumps.
• In a 10-quart or larger pot, add the vinegar, sugar, mustard seed, turmeric, celery seed, and black pepper. Bring to a boil, then add the cabbage, onion, and bell peppers. Bring back to a boil and cook for 10 minutes over medium heat.
• Reduce heat to low. Add and mix about a cup of the cooking liquid to the flour and mustard mixture, then add the thinned mixture to the pot of cooking vegetables, and stir.
• Add the hot sauce and artichokes. Raise the heat and stir until almost boiling (about 5 minutes).
• Remove pot from heat, and ladle hot relish into sterilized jars, wipe rims of jars, apply sterilized lids and bands, and process for 15 minutes in a hot water bath.

Thanks, Paul! Someone once gave me a jar of a pickle much like that, though I don’t think it contained flour. If I remember right, her grandmother was making and selling it somewhere in the South. The jar was labeled “artichoke pickle.” It took me quite a while to figure out what sort of artichoke was meant.

Hi Linda, great thread- I love how timeless it seems. Why do you o with the Jerusalem type instead of the standard leafy artichoke? I prefer fermenting brightly colored stuff and I would like to try fermenting the purple/green variety. Your thoughts?

As I’m sure you know, Mark, regular artichokes have little in common with Jerusalem artichokes. I love marinated artichoke hearts, but I’ve never tried fermenting them. It would be interesting to see if fermentation would tenderize them enough that they wouldn’t need cooking. But I think I’ll leave that experiment up to you. Let me know how it turns out, OK?

Thank you for all your wonderful posts. I have a bed full of artichokes and have tried boiling in lemon and citric acid but find the after taste is too strong.
John, your idea of soaking in the fridge sounds brilliant, I will get onto it today. Meanwhile I’m going to try a couple of hours in hot (not boiling ) white vinegar and and then try recooking and adding into a veg and chicken soup. My husband is concerned that boiling with vinigar or lemon juice can be counter productive as most acids are destroyed at high temperatures. So if you are in the uk and see a human shaped blimp floating over the houses, my experiment may not have worked!

Thanks for your comment, Ali. By the way, my daughter, who has been living in Sweden for the past year, say that the Swedes eat a lot of Jerusalem artichokes and that none that she has asked has experienced the artichokes as gassy. Perhaps there is something special about the Swedish gut biome? Anyway, I have Jerusalem artichokes in the garden ready to dig, so I will try John’s method myself.

Having used chicory inulin powder, I bought J.A. inulin powder as a prebiotic digestive supplement. The pain in my stomach. I even used less than the recommended beginning dosage. Package says you have to build up your tolerance. Any ideas for this problem? I’d rather not have to throw a pound away.

So, Gail, the chicory inulin caused no problem for you?
Apparently inulin isn’t just one thing. According to Wikipedia, “Inulin is a heterogeneous collection of fructose polymers.” Though inulin in general causes flatulence, bloating, cramping, belching, and so on, perhaps different kinds of inulin have milder or stronger effects.
All I can suggest is taking just a little bit of the Jerusalem artichoke inulin at a time, at least to start. Perhaps you really can build up a tolerance.


What I really like is a stew with Jerusalem artichoke and other vegetables such as pumpkin, turnips, leeks, … If you’re planning to prepare such a stew, keep in mind that some vegetables need a much longer cooking time than the Jerusalem artichokes. Do not throw everything in the cooking pot at the same time, because then the Jerusalem artichokes will soon become mousse. So after stewing the onion and garlic, you put the vegetables in the pot that need the longest cooking time, then the next one and in the last 10 minutes, you can add the Jerusalem artichokes.


Good taste

There’s nothing like having a new food experience. When you find a new ingredient you really love, you want to eat it all day, everyday, for an entire week you can’t get enough. You ask, “sunchokes, where have you been all my life. ” Or at least, that’s what I did.

I was introduced to sunchokes for the first time over Thanksgiving break, when I got a chance to eat at Heartland, the new James Beard nominated restaurant in Minneapolis-St. Paul. Heartland’s philosophy is that local, sustainable ingredients make the most delicious meals, and I believed them more with every bite. Roasted sunchokes were the highlight of my dish, walleye with kale and chanterelle mushrooms in a tomato broth. They had the rich, nutty sweetness of an artichoke heart crossed with the creamy texture of roasted fingerling potatoes. MIAM!

Because they have such a similar flavor to artichokes, I was surprised to find out that sunchokes, which are also known as Jerusalem artichokes, aren’t actually related to their namesake vegetable. Sunchokes are actually a type of sunflower, and their root, which is a tuber that actually looks a lot like ginger root, is what you eat. I love the flavor you get from roasting them like a root vegetable–and I also love that, as you can see from the recipe below, it makes for a quick and easy meal–but you can also shave them very thinly and eat them raw on a salad. Best of all, sunchokes are packed with potassium (650 mg per cup) and iron, which makes them a yummy, nutritious alternative to potatoes.

    Scrub the tubers and remove any black “eyes”, just like you would clean a potato. You don’t need to peel the skin off of the chokes–it contains a lot of nutrients, and has a delicious flavor and texture after you roast them.


Voir la vidéo: Kuinka onnistua maa kaupoissa? Growtopia (Octobre 2021).