Autre

Gâteau dessert Anton


Comptoir :

Battre au batteur les blancs d'œufs avec une pincée de sel et d'édulcorant. Ajouter, un à un, les jaunes, l'eau, l'huile, puis la farine mélangée à la levure chimique et à la vanille en mélangeant à la spatule, de bas en haut pour garder la composition aérée.

Verser la composition dans une plaque préparée avec du papier sulfurisé et mettre au four préchauffé, à feu moyen, pendant environ 26 minutes.


Crèmes :

Crème au chocolat blanc : faire fondre la chantilly au bain de vapeur avec le chocolat blanc, bien mélanger et laisser refroidir.


Crème au chocolat au lait : faire fondre la chantilly avec le chocolat au lait au bain de vapeur, bien mélanger et laisser refroidir.


Crème au chocolat noir : faire fondre la crème avec le chocolat noir au bain de vapeur, bien mélanger et laisser refroidir.


Battez le mascarpone au batteur jusqu'à ce qu'il devienne crémeux, puis répartissez-le uniformément dans les 3 bols à chocolat en mélangeant.


Pose et décoration :

Parce que j'avais du glaçage miroir du dessert précédent, je l'ai gardé au réfrigérateur, où il a caillé. Par conséquent, je l'ai déballé sur le bain de vapeur et l'ai laissé refroidir jusqu'au point où il peut être versé (c'est-à-dire 25 degrés).

Retirez le papier cuisson de la plaque et mettez le gâteau dans le moule. Étalez la crème au chocolat noir sur le plan de travail, puis la crème au chocolat au lait, puis la blanche. Mettez au congélateur pendant 10 minutes, puis versez le glaçage miroir. Réfrigérer 30 minutes, pour que le glaçage coagule un peu, puis décorer avec la chantilly au mixeur, mais aussi avec des bâtonnets de chocolat.


Détails de la plaque de cuisson : J'ai utilisé une forme carrée, 20 cm, avec base amovible.

Portions : 10 pièces.

Temps de cuisson : 26 min

Temps de préparation : 2h30


Bon appétit!

Si vous aimez ma recette, vous pouvez aussi la retrouver sur mon blog :


Êtes-vous fatigué du petit-déjeuner monotone? Alors cette recette est définitivement pour vous ! Ce n'est pas en vain que la "Shakshuka" est considérée comme la fierté de la cuisine juive, car vous ne pourrez pas oublier le goût de cette délicieuse cuisine. Shakshuka est & # 46 & # 46 & # 46

Le secret du plat délicieux qui prend la gueule de bois à la main La nourriture avec la préparation la plus savante et la plus prétentieuse de la cuisine roumaine est une délicieuse soupe de ventre, d'origine orientale, mais qui est devenue un bien national non seulement à travers & # 46 & # 46 & # 46


Gâteau dessert Anton - Recettes

Comme tous les Moldaves, je passe aussi beaucoup de temps à cuisiner, à manger et à parler de nourriture. Et j'aime écouter les autres parler des endroits où ils ont grandi et de leurs expériences culinaires - c'est comme si je les connaissais un peu mieux ainsi. Je me souviens que ma mère avait un cahier de dictée dans lequel elle notait ses recettes qu'elle avait reçues d'amis. Beaucoup de choses ont changé dans la maison, mais le cahier était toujours là, sur une étagère de cuisine, et jaunissait d'année en année. C'était comme un document avec des formules secrètes, sous lequel ma mère n'écrivait que les noms des amis dont elle avait les recettes : tante Mariana, tante Toni, tante Nuța et d'autres. Nom de code, comme entre espions.

Ce Noël, j'ai pensé concocter quelques recettes. Tout d'abord, je voulais savoir comment faire le Julfa cake, un dessert de Noël fourré au chanvre. Ensuite, je me suis mis à chercher des recettes auprès de quelques journalistes et écrivains - on sait juste qu'écrire et cuisiner vont bien ensemble. Le diable se cache dans les détails même lorsque vous êtes dans la cuisine. Ou surtout alors. Nous avons vu comment certains divisent même les écrivains en deux catégories : ceux qui cuisiner et ceux qui cuire, c'est à dire ceux qui improvisent avec ce qu'ils ont sous la main et ceux qui écrivent / cuisinent selon un plan très bien établi. Par exemple, l'écrivaine américaine Anna North dit qu'elle fait partie de la première catégorie et que ses habitudes littéraires reflètent celles de la cuisine. Et que dans les deux situations, la même chose s'applique : "si vous êtes assez flexible et n'abandonnez pas, tout se passera correctement".

Quand j'ai demandé à l'écrivain Vasile Ernu de me donner sa recette de salade russe (Le manteau d'Ernu), il m'a répondu immédiatement. « Comme tu es rapide, Vasile, lui dis-je. "Ce n'est pas une blague avec la nourriture", répond-il. Iulia Popovici et Matei Martin, journalistes, tout aussi réceptives, créatives et rigoureuses, et les écrivains Elena Vlădăreanu et Mihai Duțescu, qui m'ont donné des recettes de saucisses à la rose, de gâteaux, de gâteaux et d'autres choses folles.

Bluff de Mme Oniciuc

Mais avant d'entrer dans leur cuisine, je dois vous parler de la julfa du nord de la Moldavie, également connue sous le nom de Pelincele Domnului (ou drogue des grands-parents, comme d'autres l'appellent). Bien que dans DEX il apparaisse comme julfă (« gâteau traditionnel qui induit un léger état d'euphorie »), à Botoșani il est aussi appelé juflă. Que faire, différentes écoles de pensée.

Il est assez difficile de trouver du chanvre aujourd'hui, c'est pourquoi beaucoup le font avec une garniture aux noix. "C'est juste que ce n'est plus une blague", m'a dit il y a quelques années Mihaela Oniciuc (nom de code : "Tante Lilioara"), la mère d'une amie de Botoșani qui cuisine ça chaque année et n'accepte d'utiliser autre chose que chanvre. À Botoșani, vous ne pouvez acheter du chanvre qu'aux alentours de Noël et uniquement à certains endroits. J'ai rendu visite plusieurs fois à la famille Oniciuc pour Noël et à chaque fois j'ai dévoré les portions avec du jufla. C'est absolument délicieux, et d'ailleurs, c'est comme ça qu'on a essayé de rompre avant de sortir. Comme nous n'avons pas réussi à nous rencontrer cette année, nous avons parlé à Tante Lilioara au téléphone. "Ce qui nous est arrivé, avant même que tu n'appelles, j'ai mangé une portion de jufla", m'a-t-il dit en riant. Puis il m'a révélé la recette :

"Une pâte est faite de farine, d'eau et de sel. Faire des feuilles aussi fines que le tranchant d'un couteau. Cuire les feuilles sur la cuisinière, à feu doux et retourner des deux côtés. Si vous n'avez pas de plaque de cuisson, faites cuire dans une poêle sèche et antiadhésive. Vous avez besoin d'environ 30 feuilles et 1 kg de farine. Vous pouvez les faire deux, trois jours à l'avance. Pour la crème, vous avez besoin de 2 kg de graines de chanvre. Le chanvre est cueilli, lavé et séché au four. La graine est cassée dans une pincée ou dans un broyeur. Faites chauffer l'eau - j'utilise un pot de 8 litres - et divisez le chanvre dans quatre pots. Ensuite, mettez de l'eau chaude dessus. Remuer jusqu'à ce qu'il blanchisse. Filtrez ce « lait » et jetez ce qui reste du chanvre. Et remettez-le au feu. Quand il commence à bouillir, une mousse se forme sur le dessus qui est recueillie avec une cuillère et sucrée au goût. Après cela, placez-le entre les draps. Laissez refroidir. Et c'est tout".

La chemise de Vasile Ernu

Quand arrivent les vacances d'hiver, j'aime faire une salade russe appelée uba, à savoir fourrure. J'aimais ça quand j'étais petit et il y a quelques années j'ai essayé de le faire ici en Roumanie. J'ai bien fait et de nombreux amis l'ont commandé pour moi. C'est une salade d'hiver nutritive et riche en calories qui peut être fondue avec une bonne force. Mais la force ne doit pas avoir de saveurs. La vodka fonctionne mieux.

La salade a ce qui suit Ingrédients: pommes de terre, oignons, carottes, betteraves, pommes, œufs, poisson et beaucoup de mayonnaise.

Prenons-les un à la fois. Faire bouillir la pomme de terre, la carotte, la betterave et les œufs. Tout le monde sait faire ça. La betterave est un petit secret : ajoutez quelques cuillères à soupe de sucre et quelques cuillères à soupe de vinaigre pour la couleur et le goût. Un autre élément important est le poisson. Attention : hareng mariné. Si vous n'avez pas de hareng mariné, vous pouvez également utiliser du maquereau mariné. Mais rien d'autre.

Après avoir fait bouillir les œufs et les légumes, mettez-les en couches dans un certain ordre. L'ordre est largement débattu dans la "secte" des amoureux de châle.

  • Une couche de pomme de terre bouillie râpée. Bien graisser avec de la mayonnaise.
  • Une couche de hareng haché, sur laquelle est placé l'oignon râpé. Encore une fois graissé avec de la mayonnaise.
  • Une couche de carotte râpée, une fine couche d'œuf et une fine rangée de pomme râpée. La pomme est une adaptation locale, elle la rend plus douce et "zovtoş" comme disent les Transylvaniens. Encore une couche de mayonnaise.
  • A la fin, une épaisse couche de betteraves puis enveloppée de mayonnaise.

Certains chefs râpent un peu de jaune sur le dessus ou divers légumes verts. J'ai mis des graines de grenade. Il a l'air parfait dans un bocal en verre, c'est à quoi ressemblent les couches multicolores. Quand c'est prêt, mettez-le au froid. Le lendemain, ça fait des merveilles. Bon appétit! N'oubliez pas la vodka au congélateur, car elle fait de l'huile.

Saucisses roses de Mihai Duțescu

Je suis né à Teleorman, mes parents sont de Teleorman et ils sont tous les deux ce qu'on appelle première génération avec opinci, dans le sens où mes grands-parents (leurs parents) étaient/sont des paysans. Cependant, étant donné la distance d'une centaine de kilomètres entre leurs villages, j'ai pu identifier des différences plutôt que des similitudes entre eux : de l'accent et du régionalisme, à la nourriture, aux goûts, aux recettes. Sans aucune injustice envers celles du côté de ma mère, qui ont toujours été plus émancipées que les autres (plus jeunes, plus proches de la ville, plus riches, etc.), il faut dire que c'est le retour de ces autres, sur le partie du père, c'est elle qui fait tout là-bas, autant que je m'en souvienne, beau - pittoresque, authentique, etc. Concernant la nourriture, c'est quelque chose qui m'a hanté toutes ces années, puisque je n'ai traversé ces endroits que par accident. Il s'agit de saucisses à la rose.

Car ce village d'où mon père est originaire est situé à la frontière entre Teleorman et Olt, étant pratiquement au fond de la terre du point de vue de n'importe quel Téléorman, ceux-là étaient plus considérés comme des Olténiens que comme des Téléormans. D'où, probablement, la tradition olténienne des saucisses à la rose. Voici comment ma grand-mère les faisait :

  • Tout d'abord, ils étaient si arriérés que s'ils avaient un hachoir à viande, cela ne fonctionnait probablement pas, il était vieux, pourri et rouillé. Il est certain que ma mère coupa le moins qu'elle put la viande du barde et remplit les saucisses de sa main, avec peine, pendant quelques jours.
  • Cette viande hachée avec barde avait l'air très rustique. Il a mis de la viande avec pas mal de gras et il a ajouté du sel, du thym et beaucoup d'ail, des gousses d'ail entières, et c'est tout
  • Quand il les a finis, il les a accrochés corrélé - c'est-à-dire au-dessus du foyer, où pendant quelques semaines ils ont séché exactement autant qu'il le fallait et fumé. Il avait un feu ouvert, il cuisinait exclusivement sur des cheminées, sur le feu, ou tout au plus à l'épreuve du foyer.
  • La fumée qui montait par la cheminée fumait automatiquement les saucisses pendant quelques bonnes semaines, et à côté des saucisses il mettait aussi du bacon ou des morceaux de viande.
  • Aussi bien la viande que les saucisses, après les avoir fumées, il les mit dans un bocal dans du saindoux, où elles se gardèrent bien - merci jusqu'à l'été
  • Quand il pouvait supporter d'aller au bocal et faire cuire, disons, du chou durci, il n'avait besoin de rien : seulement du chou, du sel, éventuellement des oignons et un peu de bouillon, et cette saucisse. Le goût de la saucisse longuement fumé était si fort que vous ne pouviez pas vous tromper en cuisinant. Il faut dire, par exemple, que même les cubes gras, après si longtemps, devenaient nacrés, translucides et n'avaient pas du tout mauvais goût, mais au contraire, ennoblissaient n'importe quel plat.
  • De cette façon, il a également fait des soupes très simples et bonnes. Je me souviens de la soupe de stévia à l'œuf battu qu'il préparait au printemps, dans laquelle il mettait aussi de la viande fumée. Tu n'avais pas besoin de savoir cuisiner, parce que ça fumait il a tout pris à un autre niveau, comme le dit parfois mon ami James Martin à la TV Paprika.

Cela étant dit, surtout maintenant, pendant les vacances, quand je suis envahi de toutes parts par une nourriture médiocre et impressionnante, j'ai souvent des jours où j'ai envie de monter dans la voiture et de conduire pendant une heure environ jusqu'à ce que j'arrive à ce village - Je frappe de porte en porte et offre beaucoup d'argent sur des saucisses à la rose comme celles que ma grand-mère faisait, archaïques, élémentaires, absolument sensationnelles. Je suis sûr que ça existe toujours, et peut-être qu'un jour j'aurai cette joie.

(Mini) Pavlova à la crème et aux fruits, de Iulia Popovici

Ingrédient: 3 blancs d'œufs à température ambiante, 150 gr. sucre, crème, ganache chocolat noir (50 gr. chocolat noir, 50 ml crème, environ une cuillère à soupe de miel, un peu de beurre), coulis de framboise (100 gr. framboises surgelées, 25 gr. sucre, jus d'un demi citron, un cuillère à café d'amidon dilué dans 2-3 cuillères à café d'eau froide), fruits, fruits confits

La pavlova est une meringue plus grosse, sur laquelle on dépose de la crème (ou crème au mascarpone) et des fruits, de préférence frais et acidulés, car la meringue est par définition très sucrée. La meringue (blanc d'œuf battu avec du sucre) peut être réalisée de trois manières - le principe est "plus le processus est compliqué, plus le résultat est stable".

Pour tous, le rapport sucre blanc est le même : 50 gr. sucre à un blanc d'oeuf. Les blancs d'œufs doivent être à température ambiante. J'en préfère deux.

Meringue française : bien battre les blancs d'œufs au batteur jusqu'à ce que, si vous retournez le bol, la mousse ne bouge même plus. Avec le batteur en marche, ajoutez lentement le sucre en poudre (le sucre cristal ne peut être utilisé que si vous utilisez six blancs d'œufs et plus, sinon le sucre ne fondra tout simplement pas et la meringue "criera"*) et une cuillère à café de jus de citron ou le vinaigre. (La molécule de sucre a des coins pointus qui continuent d'aspirer, pendant le processus de cuisson, pour se reconnecter - quelque chose qui conduit à la cristallisation. L'acide empêche ce processus, il est donc important d'en ajouter.) Mélangez jusqu'à ce que tout le sucre soit fondu. , et le mélange a des pointes brillantes et rigides.

meringue italienne: Cela peut se faire en toute sécurité si vous avez quelqu'un pour vous aider (ou un mixeur qui se mélange tout seul) et un thermomètre à liquide qui indique plus de 100 degrés Celsius (j'en ai un pour les cosmétiques, avec une tige en métal de 20 cm). Faire bouillir le sucre avec suffisamment d'eau pour le couvrir. Une fois le sucre fondu sur le feu, baissez le feu et vérifiez périodiquement la température du mélange. Le sucre doit atteindre environ 115 degrés Celsius (phase boule molle : si vous prenez une cuillère à café de sucre avec la cuillère à café et la relâchez dans un verre d'eau, gardez une forme de boule que vous pourrez façonner à la main. beaucoup plus sûr à vérifier avec le thermomètre ) -, quelque chose qui se passe en au moins dix minutes. Pendant ces dix minutes, séparez les blancs d'œufs du jaune et battez-les jusqu'à ce que le mélange soit ferme. Lorsque le sucre atteint plus de 115 degrés Celsius, demandez à quelqu'un de vous aider à verser le sucre fondu en un fil fin et continu, lentement, sur les blancs d'œufs que vous battez au batteur à vitesse moyenne. Lorsque le sucre a fini de couler, retournez le batteur et mélangez jusqu'à ce que les sommets soient fermes. Cela semble compliqué de faire bouillir le sucre, mais dans cette version le sucre ne cristallise certainement pas (vous pouvez ajouter du jus de citron, par sécurité), et parce qu'à plus de 100 degrés le sucre "cuit" les blancs d'oeufs, le mélange peut être utilisé en toute sécurité sans l'ajouter au four (dans des crèmes à gâteaux, avec des fruits frais ou de la sauce aux fruits et mettre au congélateur).

Dans l'un des trois types de meringue, chauffez le four à 100-120 degrés Celsius (à très basse température, comme il viendrait) et préparez une plaque étirée recouverte de papier sulfurisé. Mettez le mélange soit dans une seule grande meringue, soit dans plusieurs plus petites, en laissant une sorte de noyau au milieu et aux bords supérieurs. Avec des meringues plus petites, il est plus facile de travailler après la cuisson. Gardez-le au four environ une heure - 1h 20 min - de toute façon, n'ouvrez pas la porte du four pendant une heure (de la condensation se crée, et le sucre et les blancs d'œufs sont très hydrophiles, ils aiment l'eau, ils l'absorbent sur place , et la meringue ramollit). L'idée est d'être un peu fort à l'extérieur et de ne pas jaunir. Éteignez le feu, ouvrez la porte du four et laissez la meringue à l'intérieur jusqu'à ce qu'elle refroidisse (une nuit). Dans la meringue italienne, il est fort possible que l'extérieur ne durcisse pas, il reste avec une texture caoutchouteuse, élastique (guimauve). N'insistez pas, il n'y a pas de problème, éteignez le feu et laissez-le jusqu'au matin. Même si l'extérieur de la meringue craque ou jaunit, il n'y a pas de drame, vous la recouvrirez de chantilly, etc. de toute façon, seulement si elle jaunit trop, elle n'aura pas un intérieur moelleux.

La meringue est recouverte - dans le "noyau" du milieu - de crème fouettée, sur laquelle sont placés des fruits coupés et/ou de la sauce aux fruits. Pour une sauce aux framboises, les framboises, le sucre et le jus de citron sont mis dans une casserole à ébullition à feu moyen. Lorsque le sucre est fondu, versez la fécule dissoute dans l'eau et portez à ébullition (une fois de plus).

La crème peut être mélangée avec une ganache au chocolat (la crème liquide est chauffée à presque ébullition avec le miel, puis versez sur le chocolat et le beurre finement hachés, mélangez bien pour faire fondre le chocolat, puis laissez fondre puis ajoutez lentement au moins une quantité égale de crème, en incorporant soigneusement). Vous pouvez mettre n'importe quoi sur la meringue en prenant soin d'équilibrer son goût sucré et sa structure croquante avec d'autres textures moins sucrées.

* Lorsque le sucre ne s'intègre pas parfaitement au blanc d'œuf, lors de la cuisson, le sucre fondu va s'accumuler à la base de la meringue. En gros, c'est un problème d'esthétique (et pour décoller la meringue du papier sulfurisé), la meringue est quand même très bonne à manger.

Gâteau de Noël par Matei Martin

Si vous n'avez pas encore préparé le gâteau de Noël, force est de constater que cette année sera plus pauvre. Mais ce n'est rien, vous pouvez déjà préparer Noël prochain. Ou pour saint Matthieu, André ou n'importe quel saint que vous voulez - à condition que ce soit au moins 3-4 semaines. Car c'est le moment de la préparation de ce gâteau glorieux & festif.

Ingrédient:

1 kg de fruits secs (raisins secs, canneberges, prunes, figues, dattes, abricots, etc., plus une poignée de noisettes et/ou d'amandes) 1 orange (jus et zeste râpé), 1 citron (écorce râpée) 300-400 ml . de whisky ou de rhum ou, pourquoi pas, de griotte de qualité 250 gr. beurre 200 gr. cassonade, canne 200 gr. farine blanche 000 1/2 sachets de levure chimique 1/2 sachet d'ammonium 2 sachets de sucre vanillé 4 œufs 1 cuillère à café de sel fin 2-3 cuillères à soupe de miel épices, au goût : cannelle, clous de girofle, poivre, muscade, piment fraîchement moulu / moulu).

Tu as encore besoin: 1 rouleau de papier cuisson, 1 rouleau de papier alimentaire transparent, 1 rouleau de papier aluminium, une plaque ronde à fond amovible, 2 grands bols.

Comment venir:

1) Dans un grand bol mettre les fruits secs coupés en gros morceaux (abricots, figues, prunes, dattes) en morceaux. Râpez le zeste de citron et le zeste d'orange (attention : le plus souvent, les agrumes que vous trouvez dans les magasins réguliers sont traités à la cire et autres conservateurs, alors lavez bien le zeste à l'eau chaude !). Pressez le jus d'orange. Ajouter 150 ml de whisky. Bien mélanger. Couvrir le bol d'un film alimentaire et laisser une nuit à température ambiante.

2) Dans un grand bol mettre le beurre fondu, ajouter la cassonade et les deux sachets de sucre vanillé et bien mélanger jusqu'à ce que le sucre se dissolve et que vous obteniez une pâte épaisse. Incorporer tour à tour quelques cuillères à soupe de farine, puis un œuf en remuant constamment. Ajouter une pincée de sel. Ajouter le miel. Ajoutez ensuite la levure chimique, l'ammonium et les épices. Bien pétrir.

3) Incorporer les fruits à la pâte en prenant soin de ne pas faire apparaître de bulles d'air.

4) Tapisser le plateau à gâteau de 2-3 couches de papier sulfurisé, en veillant à ce que les côtés du plateau soient bien recouverts de papier sulfurisé. Mettre la pâte dans le moule et bien l'étaler à l'aide d'une spatule. Couvrir la pâte avec deux couches de papier sulfurisé, en veillant à faire un petit trou d'aération dans le papier sur le dessus.

5) Cuire le gâteau à feu doux (120-140 degrés C.) pendant 3-4 heures. Vérifiez qu'il est bien cuit avec un cure-dent que vous enfoncez dans le gâteau. Sortez le gâteau du four, retirez le papier sulfurisé du dessus et laissez-le refroidir dans le moule.

6) Après refroidissement complet, faites plusieurs trous avec un cure-dent et versez le whisky sur le gâteau, étalez bien la boisson sur toute la surface du gâteau et sur ses côtés. Enveloppez très bien le gâteau dans du papier d'aluminium transparent, puis dans du papier d'aluminium. Répétez le traitement au whisky une fois tous les 2-3 jours pendant 3-4 semaines.

Biscuits et gâteaux salés d'Elena Vlădăreanu

1. Les meilleurs et les plus beaux biscuits salés, même si cela ne se voit pas sur les photos : une combinaison de ceux salés de ma mère, une recette d'une amie et mon intuition.

Pour environ 70 pièces, vous avez besoin: 200 g de beurre, 200 g de parmesan râpé, 200 g de farine, une pincée de levure chimique, une cuillère à café de curcuma râpé, une demi-cuillère à café de sel. Mélangez le dessus, étalez la feuille, coupez avec une cuillère à café, passez les bords dans l'oeuf, puis dans le sésame noir pour l'effet (allez et graines de pavot). Laisser reposer 7 minutes au four à 180 degrés.

2. Quand j'étais à la maison, le gâteau ressemblait à la dernière redoute. Ou ma mère faisait tout ressembler à ça, avec les portes fermées pour ne pas tirer le courant, avec le tumulte qui vous sortait de la tête, avec le discours chuchoté et la marche sur la pointe des pieds. Alors imaginez avec quel cœur j'ai commencé à faire des gâteaux pour la première fois. Après plus de dix ans de cuisson, la conclusion est : « putain, peu importe combien tu pétris, que tu le manges quand même à la sortie du four et puis c'est tellement bon, que personne ne reste pour voir si les bandes se détachent, bandes (le but ultime du gâteau) ou ba ». Alors, toutes ces années, j'ai essayé différentes recettes, dont une fraîche, sans pétrir, avec du levain froid : c'est-à-dire qu'on fait tout la veille, on le met au frigo, on le sort du frigo et on le jette dans le four. Cette année, j'ai fait du cica scalded, inspiré par Silvia Jurcovan, une de leurs mères (cozonacilor & amp co.).

Recette pour deux gâteaux: 2 cubes de levure fraîche (50 g), 600 ml de lait, 1 kg de farine (000, mais ça va aussi 650), 200 g de beurre, 50 g d'huile, 8 œufs (jaunes), 200 g de sucre, une cuillère à café de sel, essence de rhum, gousses de vanille, zeste de citron et/ou orange

Tous les ingrédients doivent être à température ambiante, laissés dehors toute la nuit.

Remplissage (j'en ai fait deux) :

Q : 4 blancs d'œufs, 3 cuillères à soupe de sucre, environ 100 g d'arachides, environ 2 cuillères à soupe de cacao - le tout mélangé.

II : une confiture de poire au chocolat faite par ma mère (ça a très bien marché).

J'ai fait bouillir la moitié du lait et l'ai versé sur 100 g de farine, j'ai mélangé rapidement, j'ai mis le maglavais sur les parois de la marmite (qu'il soit un gros, gros, car ici ça va lever), puis j'ai liquéfié la levure avec une cuillère de sucre, dans le même bol quand le lait a refroidi avec la farine, je l'ai mélangé avec la levure, l'ai recouvert d'un torchon et l'ai laissé lever. C'est le bordel. Pendant ce temps, dans un autre bol, j'ai frotté les jaunes d'œufs avec du sel, j'ai ajouté le sucre, l'huile, les essences, le reste du lait chauffé, la moitié de la quantité de beurre fondu, mais pas chaud. J'ai tout versé sur la pâte levée, l'ai mélangée, tamisé le reste de la farine. Une pâte très molle et collante sort, j'ai pétri un peu, ça a commencé à lier, j'ai mis un peu de beurre mou, et j'ai pétri, et du beurre mou et ainsi de suite jusqu'à ce que tout le beurre soit fini et que la pâte ne colle plus mes mains. Cela m'a pris environ 10 minutes. Les vraies femmes au foyer ne s'arrêteraient pas pendant une demi-heure. Je prie. J'ai couvert, mis de côté pendant environ une heure. J'ai fait le remplissage non. 1, que non. 2 a été fait. J'ai divisé la pâte en quatre parties, pris la première partie, l'ai aplatie à la main sur le dessus huileux, mis la moitié de la première garniture, roulée, puis la deuxième partie de la pâte, également aplatie, puis j'ai étalé de la confiture. chocolat, j'ai roulé. J'ai réuni les deux rouleaux, nous les avons tricotés. C'est le premier gâteau, tout comme le second. Je les mets dans des plateaux avec du papier sulfurisé bien au-dessus du bord du plateau, car ils vont sûrement pousser. Je les ai laissés couverts pendant environ une demi-heure, pour pousser un peu plus. Pendant ce temps, le four est chaud, 180 degrés, étape 3. Je les ai graissés avec de l'œuf battu et les ai saupoudrés de sucre et de sucre vanillé. Environ 40 minutes au four, après 15 minutes, vous pouvez regarder. J'ai regardé et j'ai bien fait, ils avaient tellement grandi qu'ils étaient entrés dans le plafond du four. Je les ai déplacés un peu plus bas, mais attention à ne pas prendre trop de feu. Après 35-40 minutes, mettez-y un couteau, mais doucement. Si la lame du couteau ressort propre, c'est que c'est fait. Si non, non. Retirer des plateaux et laisser refroidir, sur un torchon, d'un côté, sinon ils se croiseront ou s'effondreront. Une fois qu'ils se sont un peu refroidis, mangez-les, puis recommencez.


Battre les blancs d'œufs dans un bol en acier inoxydable avec un torchon en forme de poire. Ajoutez ensuite le sucre en poudre avec le jus de citron et battez pendant 2 minutes, puis passez-le sur un bain de vapeur où nous les battons encore 8-10 minutes, avec des mouvements en forme de 8, en insistant sur le fond du bol pour que la mousse ce n'est pas du fromage mais seulement pour faire chaud.Quand la mousse a durci et ne tombe que de la poêle, on met le bol de côté et on prépare une plaque sur laquelle on met le papier cuisson où on a dessiné un coeur sur son dos. Nous mettons la composition dans une poche avec un dui en forme d'étoile et prenons la forme du dessin.

Cuire au four à 130 degrés (chaleur très douce) pendant 60 minutes. sécher mais rester blanc.
Fouettez la chantilly jusqu'à ce qu'elle reste sur la cible et mettez une cuillère à café de vanille presque quand on a fini de battre.
Trancher les fraises ou les couper en quartiers.

Une fois la feuille de meringue refroidie, ajoutez la crème fouettée et nivelez-la sur laquelle nous plaçons les fraises. Consommez immédiatement et si nous voulons une consommation ultérieure, nous graisserons d'abord la meringue avec une couche de crème au beurre (beurre et sucre en poudre - afin que la crème n'humidifie pas la meringue).


Vidéo: Gâteau Dessert qui a fait Fureur par sa Simplicité et sa Facilité cake recipe. ASMR (Décembre 2021).